Elections locales 2018 – Memorandum

Elections locales 2018 – Memorandum

La Ligue Libérale des Pensionnés, en tant qu’association conçue pour et par les seniors, souhaite formuler des propositions concrètes, venant directement de ses membres, à l’attention des futurs décideurs politiques.

Ils tiennent en premier lieu (et avant tout) à souligner la richesse que représentent les aînés au sein de notre société, ainsi que leur importance. Trop souvent en effet la question du vieillissement n’est-elle mise en avant que sous un angle négatif (celui du coût, du problème, etc…) ?

Par ailleurs, il est à noter que la problématique des seniors est multiple et complexe, et pourrait même se voir considérée comme une matière « transversale », qui impacterait sur toutes les compétences.

Un échevin des aînés devrait assurer cette transversalité. Il est en effet primordial dans chaque projet de s’interroger sur l’implication et la place des aînés, que ce soit en matière de sécurité, culture, santé, sport… Cette transversalité est renforcée par l’hétérogénéité des situations, au niveau des situations personnelles, mais aussi évidemment de la situation géographiques. Les enjeux, problèmes, et solutions ne seront fort logiquement pas les mêmes au sein des villes ou au sein des campagnes. Cette diversité renforce l’importance de ces élections communales, les plus proches des gens et de leurs revendications.

Citoyenneté :

Les Conseils Consultatifs Communaux des Aînés (CCCA), à présent facultatifs, doivent être rendus obligatoires. Leur fonctionnement doit être mieux encadré et plus indépendants du pouvoir communal. Ses missions doivent en faire un outil permettant d’inclure au mieux les seniors au sein de la démocratie locale. Il s‘agit d’un bon outil, qui doit être encore amélioré.

L’information est centrale. Un numéro doit être mis en place au sein des communes, numéro donnant accès à un service centralisant toutes les informations, contacts et services ayant trait à la problématique des seniors (aide juridique, aménagement du logement…). En effet, des services existent déjà au sein des asbl, Mutuelles, ou autres, mais l’information est souvent éclatée, difficile à trouver. C’est donc à la commune de centraliser tous ces services et de les rendre aisément accessibles, part un numéro régulièrement mis en avant et médiatisé.

Face à la numérisation des procédures, des services doivent être mis en place, notamment dans les Espaces Publics Numériques (EPN) pour aider les aînés actuels, une génération qui n’est pas systématiquement connectée.

Logement :

Dans la perspective de rester le plus longtemps à son domicile, la commune doit soutenir toute initiative. Cependant, il y a de nombreuses possibilités entre son domicile et un home, et la commune doit diversifier son offre, proposer et soutenir tous les types d’habitat (kangourou, intergénérationnel…). Enfin, le nombre de logements sociaux doit être suffisant pour permettre aux seniors (et plus globalement aux habitants) les plus précaires de se loger décemment à un prix raisonnable.

Mobilité :

Il est capital de mettre en avant les possibilités de mobilité douce (piéton, vélo…), ne serait-ce que pour des raisons sanitaires (la pollution touche fortement les plus jeunes et les aînés).

Les transports publics doivent être de qualité et accessibles aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR). La mise en place de taxis sociaux, ou de bus à la demande, rendrait de grands services à toutes et tous.

La voirie doit être aménagée (ou au minimum entretenue) pour permettre des déplacements aisés (trottoirs en bon état avec descentes au niveau des croisements, éclairages suffisants, rampes d’accès aux bâtiments, durée des feux piétons augmentée…).

Globalement, l’urbanisme doit être centré sur le bien-être des habitants et non uniquement sur celui des touristes, navetteurs, ou automobilistes de passage.
Dans ce cadre, la création d’espaces verts, la présence de bancs, de toilettes publiques est requise par les seniors pour une meilleure qualité de vie.

Enfin, les communes doivent soutenir l’organisation de quartiers intégrés, permettant de limiter une mobilité néfaste et problématique (développement de commerces de proximité dans les villages/communes/quartiers, permanences de services publics communaux, banque, poste…).

Santé :

Les communes doivent soutenir les associations qui mettent en place des cours de sport pour les seniors, et/ou en organiser. L’information doit être continue, sur tous les sujets ayant trait à la santé (nutrition, dépistages…).

Lutter contre l’isolement :

Les communes doivent développer des programmes mettant en avant la solidarité entre voisins. Le rôle des agents de quartier peut de même être développé, et ils pourraient jouer le rôle de  vigies et de contacts au sein des quartiers.

Comme l’ensemble des citoyens, les ainés méritent toute notre attention. Ils font partie de notre société et les communes doivent œuvrer à leur bien-vivre…